Mission et objectifs

C’est dans un tel contexte que avons créé GAINDEGIA et de nombreuses heures de travail ont été nécessaires pour réunir les acteurs caractère et provenance si divers. Professionnels, employeurs, universitaires, syndicalistes, informateurs et acteurs sociaux d’autres secteurs, unis dans un projet enthousiasmant que nous avons construit en commun. Pour transformer en avantage ce qui, priori, peut sembler un obstacle. Travailler conjointement nous apporte des bénéfices, qui se traduisent en progrès. Notre mission se résume en quelques mots: En partant de notre réalité socio-économique, ranimer et faire revivre le vaste espace socio-économique d’Euskal Herria, en examinant ses principales possibilités de développement, afin de permettre de nouveaux progrès.

Les objectifs de GAINDEGIA visent donc vertébrer et développer Euskal Herria, en trois étapes:

  1. Analyse de la situation . Les institutions et les administrations publiques, les organismes du monde du travail (syndicats, associations d’employeurs et organisations caractère social), les universités et les centres de recherche se sont penchés depuis longtemps déj sur le domaine socio-économique, en général dans une perspective territoriale partielle. Il existe énormément de documentation et d’études en la matière, de grand intérêt, mais la perspective globale et intégrée fait défaut. Et nous, nous voulons élaborer cette perspective intégrée et globale. Il est indispensable d’analyser et de diagnostiquer sans cesse, mais nous considérons qu’il faut, maintenant, accorder priorité la somme de tout ce qui a déj été réalisé, afin de pouvoir atteindre cette perspective globale et intégrée, bien plus efficiente. Par conséquent, notre mot-clé est COMPILATION. Et c’est ce niveau que GAINDEGIA souhaite contribuer.

  2. Créer des liens d’union et développer des réseaux. Promouvoir les relations entre les acteurs socio-économiques d’Euskal Herria; impulser la connaissance mutuelle; faciliter le transfert de technologie et de connaissances; être l’écoute des acteurs de chaque domaine et collaborer leur structuration, qu’il s’agisse de réseaux d’employeurs, d’associations de travail, de syndicats, de professionnels ou d’informateurs. Analyser les déséquilibres, aussi bien territoriaux qu’interterritoriaux, pour arriver découvrir la manière de les surmonter.

  3. Diffuser l’information et encourager le débat. Approfondir les questions relatives la vertébration d’Euskal Herria et son développement, pour projeter une image actuelle d’Euskal Herria. Démontrer que les projets communs sont possibles, sans néanmoins renoncer la compétitivité.